Le suicidé...malgré lui de Nicolaï Erdman (mise en scène de C Termis)

le suicidé malgré luiComment un homme sans travail depuis plus d’un an et ne supportant plus sa condition d’assisté se trouve entraîné dans un tourbillon implacable…
“En pleine nuit, Sémione Sémionovitch, se réfugie dans sa cuisine pour… manger du saucisson. Sa femme et sa belle-mère s’inquiètent de sa disparition prolongée et craignent une tentative de suicide.
Cette rumeur (infondée) se répand dans l’appartement communautaire et provoque le défilé d’une foule de personnages bien décidés à convaincre Sémione de se suicider pour leur propre cause : l’intelligentsia, l’Eglise, les écrivains, les bouchers, les prostituées…
Soudain valorisé par un tel intérêt pour sa personne, Sémione se laisse convaincre : Va pour le suicide !..
Mais, face à la mort, une terrifiante question surgit et le hante…”

Avec une situation au départ tragique, Nicolaï Erdman écrit cette farce grinçante et drôle qui pousse jusqu’à l’absurde. Écrite en 1928, cette pièce féroce qui dénonce un régime politique autocrate niant l’Homme dans ce qu’il a de plus cher, son individualité, trouve un écho d’une terrible actualité dans notre société contemporaine.

Elle est devenue, depuis lors, une oeuvre culte de liberté, en Russie et de par le monde.

 

Nicolaï Erdman

Poète, dramaturge et scénariste russe, il naît à Moscou le 16 novembre 1900. Très tôt, il s’intéresse à la littérature et dès 1918, il publie ses premiers poèmes au sein du mouvement avant-gardiste des “Imaginistes”. À partir de 1922, il écrit pour le théâtre. Le 20 avril 1925, sa première pièce, “Le Mandat”, créée par les acteurs de Meyerhold, est un triomphe. Elle sera jouée 350 fois et reprise dans toute l’Union soviétique.
Mais après la mort de Lénine en 1924, Staline s’impose progressivement et dès 1928, un régime totalitaire, marqué par la suppression des libertés et la violence de la répression, est mis en place. C’est cette année que Nikolaï Erdman donne sa seconde pièce, “Le Suicidé”, à Meyerhold. Le metteur en scène Constantin Stanislavski, lui aussi intéressé par cette œuvre, fait une demande à Staline, pour avoir l’autorisation de la monter. Mais, en octobre 1932, après de longs mois de répétition, Stanislavski et ses comédiens se voient interdits de toute représentation ; la pièce, jugée “vide et même nuisible”, est censurée.
En 1933, suite à un petit poème satirique sur Staline, Nikolai Erdman est arrêté et interné dans un camp de travaux forcés en Sibérie, pendant trois ans. Ce n’est qu’à la fin de la guerre qu’il est autorisé à rentrer à Moscou et il faudra attendre 1956, et la fin du régime stalinien, pour que la pièce “Le Mandat” soit de nouveau jouée.
Abandonnant progressivement l’écriture dramatique, Nicolaï Erdman se consacre essentiellement à ses activités de scénariste pour le cinéma, de consultant au Théâtre de la Taganka et écrit pour le cirque.
Il meurt à Moscou en 1970.

Marc André
Hélène Bachelet
Annie Berra
Stéphane Billot
Frédéric Deniel
Alexandre Demazoin
Lou-Mary
Christiane Menini
Philippe Mérat
Lyne Mesnager
Brigitte Robeyns
Christophe Santer
Yvan Scetbon

Laisser un commentaire